Tu n’avais jamais remarqué cette façon qu’ont les vieilles maisons flamandes de se parer de vigne, comme si elles ne pouvaient se tenir debout seules, trop fragiles dans la nudité de leur façade. La barque glisse sur les canaux, le guide explique quelque chose à propos d’une frise sous le prochain pont, mais tu ne comprends pas tout. Tu as arrêté d’apprendre le flamand pour l’anglais, il y a déjà plusieurs années. Alors tu regardes les saules tomber vers le sol et te promets de revenir à Bruges un jour, le cœur lourd d’amour.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s